samedi 20 février 2021

la solution de l'énigme des Cendres

LA TRADITION, C'EST LA TRANSMISSION DU FEU ET NON L'ADORATION DES CENDRES.



C’est une phrase du grand musicien compositeur Gustav Mahler (1860-1911), qui la reprend de Thomas More (1478-1535), le saint martyr, humaniste anglais. Je remercie Nicolas Buttet qui a trouvé la citation de saint Thomas More:

"Tradition is not to preserve the ashes but to pass on the flame".

Merci et bravo aussi à Sr Gabriela qui me répond sur Facebook : 

"Le musicien Gustave Mahler, je l’ai lu dans le magnifique livre d’entretiens avec le Pape François, « Un temps pour changer »... Je recommande vivement ce livre à tous!"

Et ce soir je lis dans mon missel  : "Au départ d’un carême qui figure toute la route de notre vie, quelles sont nos options fondamentales ?"

... Alors ayons les cendres sur le front comme signe du feu qui est dans notre cœur et que nous brûlons de partager avec tous !

Bon carême à tous.  




mercredi 17 février 2021

L’énigme du mercredi des cendres


Quel est le domaine de passion du grand personnage qui a dit : 

La tradition, c'est la transmission du feu 

et non l'adoration des cendres.




samedi 13 février 2021

Solution de l'énigme

LE DORMEUR DU VAL. Je donne mon cours de français aux finalistes de notre Lycée de la Colline.


- Aujourd’hui
nous allons étudier un des plus beaux poèmes de la langue française. Est-ce que vous connaissez un poème ?

- ... ?

- Maître corbeau sur un arbre perché...

- ... Tenait en son bec un fromage ! Oui, on connaît. Mais ce n’est pas un poème, c’est une récitation de Jean de La Fontaine. 

- C’est une récitation, parce que c’est un des plus beaux poèmes en français. Et aujourd’hui, je voudrais qu’on étudie un autre parmi les très beaux poèmes. Il est écrit par Arthur Rimbaud et s’appelle « Le Dormeur du Val ». 

- Qu’est-ce que cela veut dire « Val » ?

- Cela tombe bien, parce que c’est expliqué au premier vers, à la première ligne : 

C'EST UN TROU DE VERDURE OÙ CHANTE UNE RIVIÈRE...

- Cela veut dire quoi « verdure » ? 

- ... C’est une prairie sauvage, verte, avec de la pelouse et du chaume ! Je continue la lecture du poème et vous m’arrêtez aux mots que vous ne connaissez pas. ACCROCHANT FOLLEMENT AUX HERBES DES HAILLONS...

- Mon Père ! Haillons ? C’est quoi ? 

- ... C’est comme le petit Albert, vous savez celui qui se promène partout sur les chemins avec des habits très sales et déchirés, ce sont des haillons !... C'EST UN PETIT VAL QUI MOUSSE DE RAYONS... Mousse... c’est comme la bière qu’on verse dans un verre. La mousse, c’est la couche de dessus qui brille dans la lumière...

- Et la neige aussi !

- !... Tu connais la neige ? 

- Oui j’ai vu dans un film...

LES PIEDS DANS LES GLAÏEULS, IL DORT.

- Les glaïeuls ? 

- De belles fleurs européennes, mais il y en a qui lui ressemblent dans certaines prairies ici. Vous savez ces grandes fleurs rouges... NATURE, BERCE-LE CHAUDEMENT : IL A FROID... Pourquoi ? 

-... ... J’ai l’impression qu’il ne dort pas, mais s’il a froid, il doit être très mal...

- Il est mort. TRANQUILLE. IL A DEUX TROUS ROUGES AU CÔTÉ DROIT... ?... Il est mort. 

Ils me regardent tous avec de grands yeux... Un silence. Un moment magique. J’ai envie de pleurer.

 

(Epilogue 1 : Savez-vous que Rimbaud avait 16 ans quand il a écrit ce poème. Il était plus jeune que n’importe lequel d’entre vous !

 

Epilogue 2 : Kabeya, serais-tu d’accord d’illustrer le poème, dans la verdure derrière l’église... Je viens avec mon appareil photo et toi avec une machette, un polo blanc... et tu fais le Dormeur du Val...

 

LE DORMEUR DU VAL

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.




samedi 6 février 2021

la solution oblique de l'énigme

Il s’agit de noix de palme. Ici c’est une variété petite qui convient à des apéros ou des desserts. Les noix de palme sont de couleurs lumineuses violet, rouge, orange et jaune et l’huile que l’on trouve dans tous les marchés des villages congolais est d’un ton magnifique. 


Est-ce que cela se mange ? Pas vraiment. Après les avoir grillées, on les mastique dans la bouche pour en retirer le jus huileux et douçâtre, puis on recrache les fibres !


Dans notre brousse, les noix de palme sont pressées de façon très rudimentaire et livrent généreusement leur huile d’une couleur étonnamment éblouissante (ici sur notre colline!)

 


ATTENTION. L’huile de palme fait partie de l’économie de subsistance des pays du Sud, mais dès que l’industrie agro-alimentaire s’en empare, cela met à mal tout le difficile équilibre économique, agricole et écologique des zones de production. Ceux qui aiment la nature et l’humanité doivent être vigilants pour combattre les graves dérives de cette production dans certains pays déjà pauvres et qui croient faussement se sauver en promouvant cette culture. 


samedi 30 janvier 2021

la solution de l'énigme

Quatre jeunes de notre paroisse montent l’écran en vue du match de foot RDC-Niger du CHAN (Championnat d’Afrique des nations). 



Ce Championnat, contrairement à la CAN (Coupe), rassemble des sélections composées de joueurs évoluant uniquement dans un club de leur pays. Prévue en 2020, il a été reporté à cause de la pandémie et est finalement disputé du 16 janvier au 7 février 2021 au Cameroun.

L’intérêt des jeunes Congolais pour le foot n’est pas à démontrer. La communauté des Pères de la Colline, après avoir aménagé un terrain apprécié près de l’église, offre régulièrement la cour intérieure de sa maison aux jeunes des hameaux voisins pour la retransmission télévisée qui d’année en année s’améliore. Du petit poste primitif autour duquel tout le monde s’agglutinait comme des moustiques autour d’un écran de téléphne, on en arrive aujourd’hui à connecter la parabole, la télévision et un beamer qui projette sur un écran de drap bien tendu pour rendre l’effet « ciné open air » tout à faire convenable et sympathique. Par chance, il manque les popcorns, les bières et les cocas...



Lundi 25 janvier, notre Congo a battu le Niger 2-1. Ce fut un tremblement de terre d’applaudissement et d’exultation dans la cour de la mission.