mardi 5 juillet 2022

l'énigme biblique de la semaine

Voici deux des vitraux des béatitudes de Pierre Chevalley, en l'église Saint-Sigismond de Saint-Maurice. 

Trouvez l'erreur

(niveau 1, facile) 





vendredi 1 juillet 2022

la solution de l'énigme biblique : la 11e heure

Le verset biblique est celui de la parabole des ouvriers de la dernière heure dans l’évangile de Mathieu 20, 5 : 

QUID HIC STATIS TOTA DIE OTIOSI 

"Pourquoi restez-vous ici toute la journée à ne rien faire ?" 



(Et le maître les embauche tout de même et les paie comme ceux qui ont supporté le poids du jour !) 

Ce verset reçoit une signification universelle et plus riche lorsqu’il est lié à un cadran solaire. Comment utilisons-nous les heures de notre journée qui défilent sur le cadran solaire de notre destin personnel ? 

Bravo à Philippe Lefebvre qui, le premier et  avec une rapidité toute académique,  a vu le lien entre le cadran et le verset biblique... 

Bravo à ma nièce Mitri qui a vu que le cadran marquait 11 heures et que la parabole est centrée sur les ouvriers de la onzième heure ! Mais le cadran est à l’heure actuelle alors que la 11e heure de la parabole est l’heure de l’époque qui correspond à une heure avant le coucher du soleil ! 

Tous les deux auront droit à une bière de l’Abbaye en temps voulu, en espérant que ce ne soit pas une heure avant la Parousie ! 


lundi 27 juin 2022

l'énigme biblique de la semaine.

niveau 3 difficile 


Quel rapport entre ce cadran solaire et le verset biblique qui l’accompagne. 

 

(le premier qui trouve la bonne réponse recevra une bière de l’Abbaye de Saint-Maurice !) 


dimanche 26 juin 2022

les urbanistes

Il fut un temps où cette ville fut moitié anglaise moitié française. Il s’agit de Limoges pendant ces années du Moyen Age où l’Ouest de la France était occupé par l’Angleterre mais revendiqué par la couronne française. La ville garde des traces de cette histoire en ayant deux centres historiques, l’un autour du Château, plutôt bourgeois et jadis anglais, et l’autre autour de la Cathédrale, plutôt clérical et français... 

A l’ombre de la Cathédrale un pâté de maisons était autrefois occupé par un « couvent d’urbanistes ». Ce sont des moniales de sainte Claire. Mon cerveau puis mon portable cherchent pourquoi elles peuvent revendiquer l’appellation d’ « urbanistes ». Pour moi un urbaniste est une sorte d’architecte qui étudie l’organisation des villes et propose des aménagements concrets de la vie sociale et urbaine.

Mais mon portable, qui est plus futé que moi, m’explique que, dans le cas des clarisses, les urbanistes sont celles qui suivent la règle du pape Urbain IV qui a allégé les rigueurs de la règle primitive de Grégoire IX.
Je trouve dommage que ce mystère soit éclairci. J’aurais préféré qu’on me dise que les moniales par leurs prières sont en train d’aménager la Cité Sainte, la Jérusalem d’en-haut, en collaborant par leur vie sur la terre aux projets du céleste Architecte. 

Je décide donc d’en rester à cette vision poétique. Dans les monastères, on façonne dès ici-bas la façon dont nous serons ensemble dans la Cité d’en haut. 



 

samedi 25 juin 2022

Solution de l'énigme de la semaine : des Carmélites





Il y avait un piège. Il s’agit du Carmel du Reposoir en Haute Savoie, entre Cluses et le Grand-Bornand. Ce bâtiment est un Carmel depuis 1932. Il est donc habité par des Carmélites ! 

Mais effectivement entre sa fondation en 1151 et 1901, c’était une chartreuse avec la caractéristique de ce genre de monastère : les petites maisons individuelles où les chartreux vivaient, travaillaient et priaient en ermites, ne se réunissant en communauté que pour quelques offices liturgiques et repas communautaires dans la semaine. Les Carmélites ont adapté le monastère à leur vie moins solitaire mais ont gardé sa marque cartusienne (des chartreux).

Le lieu, en sa vallée préservée et sauvage, est magnifique, c’est un beau but de découverte estivale. 

Il existe une Chartreuse en Suisse Romande à la Valsainte (Fribourg), et deux Carmels à Develier (Jura) et Le Paquier (Fribourg)... 

samedi 18 juin 2022

Solution de l'énigme biblique : Zachée


Lorsqu’on traverse le Haut-Valais on ne manque jamais d’admirer, sur la rive droite, l’ancienne église de Rarogne sur son éperon rocheux (la nouvelle église, qui vaut le détour aussi, est dans le rocher lui-même !)... 

Mais, sur la rive gauche, on peut aussi apercevoir un chemin d’oratoires qui, du hameau de Turtig, monte jusqu’à une chapelle blanche, au milieu d’une sorte de garrigue valaisanne. Ce n’est pas un chemin de croix mais chacun des petits oratoires abrite une scène évangélique en bas-relief métallique.

Ici la rencontre de Jésus avec Zachée sur son arbre !

Une belle découverte pour une sortie estivale, mais en dehors de la canicule !